PLFSS 2018 : les opticiens saluent les positions du Sénat et du Gouvernement sur l’évolution de la filière visuelle.

PLFSS 2018 : l’évolution de l’organisation des soins visuels mérite un vrai débat de fond dans un texte législatif spécifique.

Lors de l’examen, le 17 novembre 2017, du Projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 au Sénat, plusieurs sénateurs de différents groupes ont déposé des amendements visant à modifier en profondeur l’organisation des soins optiques. Si le Rassemblement des Opticiens de France (ROF), le Syndicat National des Opticiens Réunis (SNOR) et l’Union Des Opticiens (UDO) se réjouissent de l’intérêt renouvelé des parlementaires pour les sujets optiques, nous sommes satisfaits de la non-adoption de ces amendements. Nous sommes opposés en effet à toute évolution législative qui s’effectuerait concertation sérieuse au préalable entre tous les professionnels de santé.

Nous considérons en effet que si le débat n’est porté que par des logiques corporatistes, comme cela était l’esprit des amendements discutés la semaine dernière, la filière visuelle en sortira dévalorisée tandis que les Français resteront toujours confrontés à des difficultés d’accès aux soins et aux professionnels de santé.

A ce titre, nous nous félicitons que notre démarche de faire évoluer nos métiers visuels à partir d’une concertation sérieuse et inclusive ait été entendue par le Gouvernement et la Commission des Affaires Sociales du Sénat, au point que ces amendements en question n’aient pas été adoptés. Les interventions respectives de Madame la Ministre, Agnès BUZYN et de Monsieur le Président de la Commission des Affaires sociales, Alain MILON, attestent de l’existence de visions communes entre pouvoirs publics, élus et opticiens sur ces sujets.

Nous tenons à saluer particulièrement les propos forts justes du Président MILON, concernant le travail réalisé au quotidien par l’opticien comme premier maillon de proximité de la chaine de santé visuelle. Nous espérons que sa confiance dans l’opticien pour réaliser un certain nombre de tâches, dont par exemple des actions de dépistage ou de prévention, sera diffusée à ses collègues de la Chambre haute, qu’elle que soit leur étiquette partisane.

Dans la lignée de l’intervention de Mme DEROCHE, le ROF, avec le SNOR et l’UDO, espèrent que l’évolution de l’organisation des soins visuels pourra être traitée dans les prochains mois dans un texte législatif spécifique. Dans cette perspective, nous pouvons assurer Mesdames et Messieurs les Sénateurs et les Députés que nous ne manquerons pas de leur faire parvenir, prochainement, des propositions de réforme de la filière visuelle. Nous poursuivons en effet un but commun : faciliter aux Français l’accès aux soins visuels et accélérer leur prise en charge par les professionnels de santé et les médecins, tout en anticipant les besoins de demain.

Laisser un commentaire