Sondage IFOP « Les Français et leur opticien : une relation de confiance ».

Focus sur les besoins et les attentes des consommateurs à l’occasion de l’achat d’un équipement correcteur (lien vers le sondage IFOP : http://www.ifop.com/media/poll/3866-1-study_file.pdf).

A quelques mois de la mise en œuvre de la réforme promise par le Président de la République sur la diminution du reste à charge, le Rassemblement des Opticiens de France a souhaité recueillir l’opinion des Français sur leur relation avec leur opticien et leur niveau d’information lors de leur achat d’un équipement correcteur. Parmi les grands enseignements de cette enquête on retiendra :

  1. Que les Français sont massivement satisfaits de leur relation avec leur opticien.

Les opticiens bénéficient de la confiance de leurs clients : 95% des Français concernés par un équipement correcteur leur font confiance, une confiance liée en partie à la qualité de l’information reçue. 

Lors de l’achat d’un équipement correcteur:

  • 91% des interviewés déclarent ainsi avoir été bien informés sur l’équipement correcteur acheté, au regard de leurs besoins.
  • 92% des interviewés déclarent avoir été bien informés sur au moins une de ces dimensions liées à l’aspect budgétaire.
  1. Que le devis actuel répond aux attentes des consommateurs :

Les consommateurs, qui se voient remettre en très grande majorité un devis en bonne et due forme lors de leur achat (71% déclarent s’être vu remettre un devis, tout en étant 7% à ne pas s’en souvenir), ne rencontrent pas de difficultés pour en prendre connaissance et le comprendre.
Ils sont en effet 97% à trouver le devis qui leur est remis lisible, compréhensible et détaillé (ils sont 53% à le trouver totalement lisible, compréhensible et détaillé).

Le consommateur recherche en priorité sur un devis des éléments d’ordre financier : le montant du reste à charge est ainsi l’information jugée la plus utile pour acheter ses lunettes pour 63% des consommateurs, tandis que le descriptif des verres est classé en seconde position (44%) et le prix de la monture en troisième position (38%).

On notera enfin que la relation de confiance avec l’opticien s’explique d’autant plus que celui-ci est bien souvent la première source d’information pour le consommateur s’agissant de son niveau de remboursement : 64% des Français concernés par un équipement correcteur apprennent en effet par l’opticien le niveau de remboursement auquel il a droit !

Ces résultats montrent bien une chose : tout projet d’amélioration de l’information délivrée aux consommateurs lors de l’achat d’équipements correcteurs ne peut se faire d’une part en méconnaissance de leurs attentes des uns et sans tenir compte de l’expérience terrain de l’opticien d’autre part.

Les opticiens sont prêts à élaborer avec les pouvoirs publics, les consommateurs et tous les acteurs de la filière visuelle un devis offrant au consommateur une meilleure information. Le ROF continuera à s’engager, dans l’intérêt des opticiens et des patients, pour une optique de qualité au juste prix pour tous.

 

Laisser un commentaire